Bienvenue sur le site de la Verdière

Les Lavoirs

Lavoir et fontaine sous Ville

Lalavoir et fontaine des Estres

Lavoir de la Mourotte rénové.

Lavoir des Glayes

Lavoir de Fontvieille

Fontaine grand Rue (ubac)

Lavoir et fontaine sous Ville

Lavoir et fontaine auberge du pont

Lavoir de la gorgue

Canal qui amène l’eau de Monbrien

Fontaine de la Placette

Ancien lavoir la Mourotte

Ancienne Fontaine (grand Rue)

Un hôpital appelé "Maison de Charité" ou "Confrérie de Miséricorde". La délibération précise qu'il devait y avoir un bureau pour les administrateurs et une chapelle, d'où le nom de la chapelle : "Notre- Dame de Miséricorde". L'hôpital était administré par un bureau de 12 membres dont 6 élus et 6 de droit, c'était le "bureau de charité". La première pierre fut posée le 26 mars 1694 et dès l'hiver de 1695 on commença à recevoir des pauvres pour les soigner.
Chaque jour, dans les 300 francs de médicaments étaient donnés à environ 70 malades ou infirmes qui passaient en moyenne dix à quinze
jours à l'hôpital. Chaque jour également environ 130 pauvres étaient soignés et secourus à domicile en leur donnant du pain, de la soupe et des vêtements. L'hôpital recevait de nombreux dons et legs permettant d'assurer un tel service; les pauvres représentaient près de 10 % de la population.
Mais cet hôpital était très mal situé, au nord du village, quartier humide, froid, malsain, presque inhabitable en hiver, les malades s'y trouvaient dans des conditions des plus défavorables pour leur guérison; ce bâtiment, mal restauré faute de ressources, menaçait de tomber en ruines. En août 1767 le bureau décida de demander
à la confrérie des pénitents blancs d'échanger la chapelle de l'hôpital contre leur chapelle située au midi pour construire autour un nouvel hôpital. Il fut commencé la même année et achevé en 1771; ce fut un maçon de Quinson qui emporta les enchères pour 3800 francs. En 1851 on confia l'administration de l'hôpital à des religieuses chargées également de l'école de filles. Lors de l'épidémie de choléra en 1854, des prières et des vœux pour la cessation de cette calamité eurent lieu dans la chapelle de l'hôpital; on compta 70 décès, 200 personnes touchées dès les premiers jours de cette épidémie.

*N.B La Verdière comptait 2400 habitants en 1675 et dans les 1500 en 1850.

 (1) NOTRE DAME DE LA SALETTE

Sur la colline de l'ange, existait au début de notre ère un camp gallo-romain. C'est sur cette colline qui surplombe le village de La Verdière, qu'une statue fut érigée en août 1869 par les soins de la marquise de Forbin d'Oppède. D'une hauteur de 7 mètres y compris le piédestal, représentant la vierge Marie accompagnée de deux enfants, Maximin Giraud 11 ans et Mélanie Calvat 14 ans. Ces deux adolescents habitaient en Isère, dans la montagne, près de village de corps oû leur apparut la vierge. L'église reconnut l'apparition le 19 septembre 1851. une basilique a été édifiée, en 1852, à l'emplacement de cette apparition.